L'APPROCHE HOMEOPATHIQUE

qu'est-ce que c'est?


²« La seule et unique vocation du médecin consiste à rétablir la santé des personnes malades, c'est ce que l'on appelle guérir. »
Hahnemann


Et justement de quelle guérison parle t-on ?

L'approche médicale de l'homéopathie est fondamentalement différente de l'allopathie (notre médecine occidentale) : la maladie a une signification et ne surgit pas par hasard, le corps parle à sa manière.
La pratique du médecin va consister à appréhender cette dimension globalement et à appliquer un traitement en conséquence.
Chaque patient est différent, il souffre à sa manière et la façon dont il somatisera nous indiquera un médicament qui correspondra à son état d'esprit, à ses lésions, ses sensations, et sa façon de réagir à son milieu environnant, c'est ce qu'on appelle l'individualisation. On prescrira sur le principe de similitude: le médicament choisi produit chez l'homme (ou l'animal) en bonne santé des symptômes identiques à ceux que le patient devant le médecin présente.

Un médicament homéopathique choisi judicieusement provoquera une guérison globale, c'est à dire que le patient verra sa lésion et les symptômes qui l'accompagnent réduire, mais aussi son état d'esprit changer vers le mieux et l'apaisement, tandis que son niveau d'énergie augmentera en proportion. C'est pour nous homéopathes, ce que nous appelons une guérison, il faut que ces trois facteurs soient améliorés de concert, de la façon la PLUS DOUCE POSSIBLE et surtout que cela devienne PERMANENT.
Si ce n'est pas le cas on pourra supposer que le médicament prescrit n'était pas le bon, s'il n'existe pas de barrage à son action.

Contrairement aux idées reçues, un remède homéopathique agit rapidement, on peut avoir un résultat positif en moins d'une heure dans le cas d'une maladie aigüe.
Dans le cas d'une maladie chronique, on aura aussi une amélioration rapide, généralement, en moins de trois semaines on constatera une belle régression des lésions, il faudra quand même poursuivre le traitement sur plusieurs mois pour obtenir une guérison profonde et durable si la maladie était installée depuis une longue période.
Il existe cependant des obstacles à la guérison dans certaines situations (mauvaise habitudes, médications allopathiques puissantes, blocage «miasmatique», suppression d'organes…) et il existe aussi des maladies incurables, l'homéopathe est un médecin, pas un magicien.

La similitude et l'individualisation




Notion connue depuis l'antiquité: le fameux similia similibus curentur d'Hippocrate est remis au goût du jour par Hahnemann.
Au départ il expérimenta plusieurs substances à dose pondérale sur ses malades (substances dont la toxicologie était connue alors par les multiples empoisonnements de l'époque).
La première substance utilisée était le quinquina qu'il essaya sur lui même, celle-ci provoquant alors des fièvres tièrces ressemblant fortement au paludisme, puis il administra à un malade atteint de cette maladie un peu de quinquina et obtint une guérison.
Il en essaya d'autres qui provoquaient de telles aggravations qu'il chercha à les diluer de plus en plus pour une action plus douce. Malgré l'atténuation qu'il augmentait toujours, il enregistra à chaque fois un certain degré d'aggravation, visant leur disparition il franchit bientôt le seuil d'Avogadro et découvrit la dose infinitésimale.
Il put expérimenter sur l'homme sain l'action de ces doses infinitésimales qui provoquaient des groupes de symptômes bien précis pour une substance donnée et donc il eut l'intuition que cette substance guérirait les malades présentant le groupe de symptômes de la substance donnée.
Ce que l'expérience à confirmé sur des milliers de cas pendant la vie d'Hahnemann, et depuis le temps sur des millions de patients jusqu'à notre époque.
Chaque patient a besoin d'un seul et unique remède à la fois en fonction des symptômes qu'il va exprimer.

Un homéopathe ne traite donc pas un rhumatisme ou un eczéma mais un individu particulier dans son ensemble. Il différencie le symptôme du signe: le signe est une chose perçue qui apporte un diagnostic clinique (l'eczéma ), le symptôme est un phénomène perceptible lié à un état puis à une évolution morbide.
Si le signe est statique, le symptôme est dynamique et celui-ci est différent d'un patient à l'autre.
L'INDIVIDUALISATION C'EST RECONNAITRE CE QUI APPARTIENT EN PROPRE AU MALADE A' L'EXCLUSION DES SIGNES COMMUNS DE LA MALADIE.